L’artiste

L’artiste

STRAWINSKY ? STRAVINSKY ? STRAVINSKI ?​

En Europe, Igor signait « Strawinsky », transposition phonétique respectant la consonance « v » de son nom et évitant, pour les germanophones, une énonciation en « f ». Lorsqu’il s’établit en Amérique en 1939, le compositeur adopte une graphie en « v », due à la prononciation du « w » en anglais et devient Igor Stravinsky. L’UNESCO uniformise la graphie des noms slaves, réunissant le « i » polonais et le « ij » russe en une transcription unique « i » (Stravinski). Théodore a toujours conservé la transcription initiale et resté fidèle au nom de Strawinsky.

1907 - 1910

Théodore Strawinsky naît le 24 mars 1907 à Saint-Pétersbourg. Il est le premier enfant du compositeur Igor Stravinsky et de son épouse Catherine, née Nossenko. Ses frère et sœurs, Ludmila, Soulima et Milène naissent entre 1908 et 1914.

Dès 1910, la famille Stravinsky établit ses quartiers d’hiver à Montreux-Clarens en Suisse romande et passe l’été dans leur propriété d’Oustiloug en Ukraine.

 

1911 - 1919

La déclaration de la Première Guerre mondiale incite les Stravinsky à demeurer en Suisse. Ils séjournent à Clarens dans la maison du chef d’orchestre Ernest Ansermet et, dès 1915, à Morges dans la villa Rogivue, puis dans la maison Bornand.
Charles Ferdinand Ramuz, René Auberjonois et Alexandre Cingria leur rendent fréquemment visite et encouragent Théodore à dessiner et peindre. Le jeune garçon exécute de premiers dessins, dont l’aquarelle La première de l’Histoire du soldat.
À la fin de la guerre, Igor Stravinsky, qui perdra bientôt sa nationalité russe, reste à Morges avec les siens.

1920 - 1924

1920. Les Stravinsky quittent la Suisse et s’installent à Garches dans la Villa Bel Respiro, chez Coco Chanel.

1921. Théodore découvre les Ballets Russes de Diaghilev et reçoit les conseils et les encouragements de Georges Braque, Pablo Picasso et André Derain. À l’automne, établissement à Biarritz dans la villa des Rochers. Le climat s’avère cependant trop rude pour la santé fragile de son épouse Catherine.

1924. Installation à la villa des Roses à Nice. Visites régulières à Jean Cocteau à Villefranche-sur-mer.

1925 - 1932

1927. Première exposition personnelle à la galerie Aux Quatre Chemins à Paris. Un an plus tard, le livre d’or de sa deuxième exposition dans la même galerie rend compte des signatures et esquisses de prestigieux visiteurs : Rouault, Lifar, Sauguet, Goossens, Souvtchinsky, Ansermet, Diaghilev ou Lourié.
1929. Vacances estivales au lac Paladru, en Isère, visite aux Prokoviev, en villégiature dans la région.
1930 - 1932. Théodore suit les cours de l’Académie André Lhote à Paris. Installation de la famille au château de la Veronnière à Voreppe, dans la banlieue de Grenoble.

1933

Théodore fait ses premiers pas dans l’univers du théâtre en brossant les décors de Loire d’André Obey présenté au Théâtre du Vieux Colombier à Paris. S’ensuivront plus d’une dizaine de commandes pour des costumes et décors, en France, en Belgique et en Suisse.

L’artiste s’essaie à la gravure et produit une cinquantaine de scènes de cirque, ballerines, danseuses et nus, ainsi que des portraits de Ramuz, Lifar et de son père.
Il expose ses travaux dans des galeries à Paris, Lausanne et Bâle, ainsi qu’au Musée de l’Athénée à Genève.

1934

Les Stravinsky, naturalisés français (sauf Théodore), s’établissent à Paris, d’abord au 21 rue Viète, puis au 25 rue du Faubourg Saint Honoré.
Conduit à Meudon par Jean Cocteau chez Jacques Maritain, Théodore rencontre Denise Guerzoni, sa future épouse.
Théodore réalise les illustrations pour Les Fourberies de Scapin de Molière. Il exécutera durant sa carrière seize projets d’illustration, dont Le Cirque de Ramuz pour lequel il expérimente la technique de la lithographie. La critique souligne la légèreté de son trait et le respect de l’atmosphère des œuvres originales.

1936 - 1938

29 juin 1936. Mariage de Théodore Strawinsky et de Denise Guerzoni à Paris, fille du peintre suisse Stéphanie Guerzoni, ancienne élève de Ferdinand Hodler. Elle est aussi la belle-fille de l’écrivain et diplomate tchèque Josef Palivec, second époux de sa mère.

30 novembre 1938. Décès de Ludmila, la sœur cadette de Théodore, de la tuberculose. Elle est mère d’une petite fille d’un an nommée Catherine, comme sa grand-mère maternelle.

1939

En mars, Théodore subit le décès de sa mère Catherine et, en juin, celui de sa grand-mère paternelle, Anna.
Igor quitte l’Europe en septembre pour les Etats-Unis. Naturalisé américain en 1945, il y sera rejoint en 1946 et 1947 par ses enfants Soulima et Milène accompagnés de leurs familles.
Bien qu’apatride après la Révolution russe, Théodore s’engage dans l’armée française. Mobilisé au Mans, il est rapidement libéré de ses obligations pour raison de santé. René Auberjonois propose à Théodore d’occuper une petite maison à Villemur-sur-Tarn en Haute-Garonne, près de son fils Maurice.

1940 - 1942

1940. Exposition à la Perls Galleries, New York.
Igor Stravinsky épouse, en secondes noces, Véra Soudeikine.
1941. Arrêté sous le régime de Vichy, Théodore est libéré après quelques mois d’internement au camp de Récébédou.
1942. Théodore et Denise rejoignent la Suisse et s’installent à Genève. La Galerie Georges Moos organise plusieurs expositions de l’artiste entre 1942 et 1947. Jusqu’à son décès en 1989, Théodore présente régulièrement ses œuvres en Suisse, en France et en Italie soit plus de cinquante expositions de son vivant.

1943-1945

1943. Youri Mandelstamm, veuf de Ludmila et père de Catherine, âgée maintenant de six ans, meurt en déportation au camp de Jaworzno, en Pologne. Théodore réalise des illustrations pour Noces et autres histoires de Ramuz.

De 1944 à 1966, le peintre brosse plusieurs décors de théâtre et conçoit des costumes notamment pour : L’Histoire du soldat et Sodome et Gomorrhe (1944), Petrouchka (1945), The Rake’s Progress (1952) et L’Oiseau de feu (1962).

1946 - 1955

1946. Denise et Théodore accueillent leur nièce Catherine, qui retrouve un foyer après un très long séjour en sanatorium à Leysin.
1948. Théodore reçoit une commande pour l’exécution de vitraux en l’église de Siviriez (Fribourg). Il rédige Le Message d’Igor Strawinsky.
Pendant près de trente-cinq ans, l’artiste réalise une quarantaine d’œuvres monumentales. Il collabore avec les architectes Denis Honegger, Hans et Nico van der Laan ou Jan de Jong et rejoint le cercle des artistes célèbres qui œuvrent à la décoration de lieux saints : Léger, Lurçat, Rouault, Matisse, Braque, Chagall.

1956 - 1972

1956. Théodore et sa fille (adoptée en 1952) obtiennent la nationalité suisse.

Dès 1963, la Hollande devient presque une deuxième patrie pour le peintre. Avec Dom Hans van der Laan, concepteur du courant architectural appelé la Bossche School, Théodore collabore jusqu’en 1978 à la décoration de six églises aux Pays-Bas et en Belgique.

6 avril 1971. Décès d’Igor Stravinsky à New York. Il est alors considéré comme l’un des compositeurs de musique moderne les plus influents du XXe siècle.

1972 - 1986

1973. Après un premier ouvrage dédié en 1948 à son père, Théodore publie Catherine and Igor Stravinsky a Family Album en hommage à ses parents.
1976. Théodore Strawinsky reçoit la médaille d’argent Arts, Sciences, Lettres décernée par l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.
1977. Le peintre est promu par le Pape Paul VI Commandeur de l’Ordre de St-Grégoire le Grand pour « services rendus à l’église par son art ».
Il travaille ponctuellement avec son épouse Denise à l’inventaire de son œuvre peint.

1987 - 1989

1987. Atteint par la cécité, l’artiste pose ses pinceaux.

16 mai 1989. Décès de Théodore Strawinsky à Genève, à l’âge de 82 ans. Il repose au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, près de Paris, auprès de sa mère, sa sœur, sa grand-mère paternelle et de son épouse Denise, qui l’a rejoint en 2004.

Plusieurs expositions rétrospectives suivent.

error: Content is protected !!